Menu
Tablet menu

Programme de première année

  • @ECzerczuk

CLASSE DE MAÎTRE (classe préparatoire) : "Entrez dans le système Stanislavski"  du 29 août au 3 septembre

voir ici

1er TRIMESTRE : LES MAÎTRES POLONAIS

Le premier semestre est composé d'une classe de maître intensive chaque mois, suivie de deux jours consécutifs dans la semaine. Les classes de maître s'articulent autour de l'étude des plus grands auteurs et créateurs polonais du XXe siècle: Tadeusz Kantor, Stanislaw Ignacy Witkiewicz et Witold Gombrowicz. La dernière classe de maître du semestre s'articulera autour du "théâtre épique" de Bertolt Brecht. Les élèves auront l'occasion d’entrer dans le spectacle "La Noce", inspiré de cet auteur avec les comédiens professionnels de la Compagnie Elizabeth Czerczuk, le 31 décembre, pour le réveillon de la Saint-Sylvestre.

 

TADEUSZ KANTOR : LE "BIO-OBJET" ET LE "SUR-OBJET"

«On ne peut imaginer ni l’objet sans homme, ni l’homme sans l’objet» Tadeusz Kantor (1915-1990)

Théoricien de l’art, scénographe, un des metteurs en scène les plus importants du XXe siècle. Un des personnages incontournables de la vie occidentale de notre époque, un artiste universel du théâtre polonais ou, comme il le disait lui-même, un artiste « total ».
T. Kantor est surtout l’inventeur du théâtre de la mort. Il a créé un espace extrêmement suggestif dans lequel s’entremêlent les vivants et les morts, où jaillissent les désirs les plus honteux et les réminiscences les plus effrayantes : la guerre, l’amour et le crime, la peur, la passion et la haine.
Son attitude artistique s’inspire du dadaïsme et du surréalisme, tout en rappelant le théâtre de la cruauté d’Antonin Artaud. Le plus grand triomphe de T. Kantor vient avec la première de « La Classe morte » (Umarła klasa, 1975), un récit sur le fugitif et le permanent.

Ateliers :

Analyse théorique et artistique de l'œuvre et de l'auteur

Acteur chez Kantor, "bio-objet" et "sur-objet" :

- Recherche d’un langage physique qui s’instaure dans l’espace théâtral avec la décomposition et le décorticage du corps vivant.

- L’objet, dans le théâtre de Kantor, doit incarner les idées et se substituer à la parole

- Recherche autour de la nécessité de l’objet dans l’espace théâtral, qui devient bio-objet ou sur-objet par le transfert des énergies des comédiens.

Travail pratique sur des scènes du "Banc de l'école" d'Elizabeth Czerczuk, créé en hommage à Tadeusz Kantor.

Représentation publique (20 minutes)

 

STANISLAW IGNACY WITKIEWICZ : LA FORME PURE

« Il n’y a pas d’humanité ; Seulement des bipèdes aussi différents entre eux que les éléphants et les girafes.» Stanislaw Ignacy Witkiewicz (1885-1939)

Sans aucune tendresse pour son époque, il n’en fut pas moins un visionnaire. Son œuvre est celle d’un aventurier de l’esprit. Faisant alterner drames, peintures, photographies et textes philosophiques, voyageant dans les mers du Sud ou participant à la Révolution russe, il s’est inlassablement efforcé de percer les questions essentielles du type : Qui suis-je ? Le caractère bizarre et provoquant de ses textes, ainsi qu’une vie privée très éloignée des conventions sociales de son temps, l’ont tenu à l’écart de ses contemporains, bien qu’il obtînt une certaine célébrité.
Souvent traité de mystificateur, salué comme un précurseur, il entretint l’ambiguïté en maniant la dérision et la parodie. Le tragique va de pair chez lui avec le non-sens, et les morts se relèvent si la conversation s’anime, mais sa vision du monde, « catastrophiste », nous parle d’hier comme d’aujourd’hui.

Ateliers :

Analyse théorique et artistique de l'œuvre et de l'auteur

Acteur chez Witkiewicz :

- Exercices d'improvisation corporelle fondés sur la forme pure.

- Construction corporelle du personnage, de son comportement et de ses attitudes.

- Compléter par la parole, remplir les silences et faire vivre les sous-entendus.

 Travail pratique sur des scènes de "Matka" d'Elizabeth Czerczuk, librement inspiré de St. I. Witkiewicz

Représentation publique (20 minutes)

 

WITOLD GOMBROWICZ : DU GROTESQUE VERS LA DERISION

 « L’homme dépend très étroitement de son reflet dans l’âme d’autrui, cette âme fût-elle celle d’un crétin. » Witold Gombrowicz (1904-1969)

Il est aujourd'hui reconnu comme l'un des plus grands auteurs du XXe siècle. Ses œuvres sont caractérisées par une analyse psychologique profonde, un certain sens du paradoxe, un ton absurde et antinationaliste. En 1937, il publie son premier roman, Ferdydurke, qui illustre les problématiques de l'immaturité et de la jeunesse, le masque que revêt l'homme face à autrui et un examen critique du rôle des classes dans la société polonaise et la culture, spécialement parmi les nobles, représentatifs de l'église catholique. Ferdydurkea suscité des critiques acerbes.

Gombrowicz s'est débattu avec la tradition polonaise et l'histoire difficile de son pays. Souvent, ce combat est le point de départ de ses œuvres, qui restent profondément ancrées dans la tradition et l'Histoire.

Ateliers :

Analyse théorique et artistique de l'œuvre et de l'auteur

 Acteur chez Gombrowicz :

- Construction du personnage "grotesque" et "dérisoire", développement des techniques de mime.

- Formation à l’expression corporelle et vocale : conscience du corps dans l’espace, recherche des émotions réelles, sens du rythme, placement de la voix, pulsation intérieure.

 Travail pratique sur des scènes du "Cri d'Yvonne" d'Elizabeth Czerczuk, librement inspiré d'"Yvonne, princesse de Bourgogne" de W. Gombrowicz.

Représentation publique (20 minutes)




2ème TRIMESTRE : LE THEATRE EPIQUE (Intégration dans un spectacle)

"LA NOCE CHEZ LES FOUS" D'ELIZABETH CZERCZUK, LIBREMENT INSPIRE DE L'OEUVREDE BERTOLT BRECHT

 « Un théâtre où on ne rit pas est un théâtre dont on doit rire » Bertolt Brecht (1898-1956)

D'origine bourgeoise, Il commence à écrire très tôt. À vingt ans, l'horreur de la guerre aura une importante influence sur lui. Il écrit sa première pièce, Baal, dans un style lyrique et au traits de caractère anarchiste. Plus tard, les nazis interrompent les représentations des pièces de Brecht. Il devient  marxiste. Son œuvre est interdite et brûlée lors de l'autodafé en 1933. En 1935, Il participe au Congrès international des écrivains pour la défense de la culture, à Paris. Il dirige la rédaction d'une revue intitulée Das Wort qui a pour but d'unir l'intelligentsia antifasciste d'Allemagne. Forcé à la fuite en 1939, il s'installe en Californie. Durant cette période, il écrit une grande partie de son œuvre dont La Résistible Ascension d'Arturo Ui (attaque contre Hitler). Parallèlement, il travaille à Hollywood, ce qui le conduit notamment à l'écriture du scénario du film antinazi Les bourreaux meurent aussi, qui sera réalisé par Fritz Lang.

Ateliers :

Analyse théorique et artistique de l'œuvre et de l'auteur

La dialectique brechtienne. Acteur du "théâtre épique"

Travail sur l'intégralité de la pièce "La Noce" qui sera présentée à la fin du semestre, sur la scène du Théâtre Laboratoire Elizabeth Czerczuk à Paris.

- Immersion dans le montage dramaturgique de "La Noce" d'Elizabeth Czerczuk, inspiré de "La Noce chez les petits-bourgeois" de Bertolt Brecht.

- Travail d'acteur sous la direction de la metteur en scène dans l'espace scénique aux côtés des comédiens professionnels.

- Développement de la ligne dramaturgique et de la "vie intérieure" du personnage.

Représentation de "La Noce" devant le public, au théâtre, le 31 décembre,pour la grande fête de la Saint-Sylvestre.

 

 


3ème TRIMESTRE : DE L'ECOLE A LA SCENE (Processus de création d'un spectacle)

"LA MORT DE PLATONOV" D'ELIZABETH CZERCZUK, LIBREMENT INSPIRE DE L' OEUVRE D'ANTON TCHEKHOV

 

monologues extraits de Platonov de Michael Tchekhov

Synopsis : Qui est ce Platonov perdu au milieu de toutes les femmes ? Un Don Juan pervers et manipulateur se jouant de ses proies, des femmes qui persistent à l’aimer ? Ou bien est-ce une victime innocente, provoquant chez les autres des sentiments qui le dépassent ? Ne serait ce pas plutôt une figure paradoxale, objet de tous
les phantasmes, de toutes les projections, que les femmes modèlent selon leurs propres désirs ? Toutes ces âmes blessées se retrouvent dans ce purgatoire, lieu d’une expérience violente, cathartique, qui leur permettra à terme de trouver une forme de rédemption.

Chaque élève interprète participe à la création de son personnage. Ainsi sur scène, il nous livre un peu de son intimité, donnant à son rôle une plus grande profondeur et une réalité à ses douleurs.

Plus dans cette catégorie : Programme de deuxième année »
Retour en haut

calander

There are no events in the selected category

cart

Your cart is empty

Login or Register